loader image

Comment utiliser une clé de détermination ?

Mesange boreale Poecile montanus

En quoi les clés de détermination nous aident à lutter contre les pollutions et à préserver les milieux naturels ?

Depuis la fenêtre du salon, munie d’une paire de jumelles, je traque les oiseaux qui viennent nicher dans le chalet au fond du jardin.

Celle-ci ressemble à s’y méprendre à une mésange nonnette… Mais l’arrière de ses joues est entièrement blanc, c’est une mésange boréale !

Les joues de la nonnette brunissent au fur et à mesure qu’on se rapproche de la nuque. Ce qui n’est pas le cas de la mésange boréale, qui paraît avoir de plus grosses joues.

La plante qui se trouve dans mon jardin est-elle une ortie ou de la menthe ? Si c’est de la menthe, j’en fais une infusion. Si c’est de l’ortie, j’en fais une soupe. Mais je ne vais pas toucher ses feuilles et piquer pour le savoir. J’observe ses feuilles.

À y regarder de plus près, ses feuilles sont opposées, elles sont petites, lancéolées (dont la forme rappelle celle d’un fer de lance) et les dents de la bordure du limbe sont dirigées vers l’apex (pointe) de la feuille. Et surtout, il n’y a pas de petits poils… Alors, ça sera une infusion ce soir !

Si vous aussi vous avez déjà essayé de différencier un individu d’une autre grâce à des critères physiques, alors vous êtes déjà initié à la détermination d’une espèce.

Je suis Liv, ingénieure écologue, et je vous invite à découvrir comment tout cela fonctionne.

Surtout, je vous révèle à quoi servent les clés de détermination dans la lutte contre les pollutions et la préservation des milieux naturels.

1) Qu’est-ce qu’une clé de détermination ?

Dans le milieu de la biologie, la clé de détermination est considérée comme un outil d’identification des êtres vivants. On détermine l’espèce, le genre, la famille, etc.

Son fonctionnement repose sur une succession de choix qui portent sur les caractéristiques physiques, appelées attributs, du spécimen étudié.

En général, on utilise une clé dichotomique, c’est-à-dire que seulement 2 choix se présentent et on sélectionne celui qui correspond aux observations. Par élimination, on finit par différencier l’individu parmi toutes les autres espèces.

Il existe de nombreuses clés :

Identifier des algues unicellulaires, comme les diatomées, permet de déterminer la qualité de l’eau récoltée. Et il existe des diatomées dans la quasi-totalité des eaux dans le monde. Que ce soit en mer, en lac, en rivière… Elles sont présentes !

Voici à quoi cela ressemble, des diatomées:

Nos formations vous forment à analyser la qualité de l’eau grâce aux diatomées (entre autres) et un microscope (compris dans la formation).

Voyons maintenant comment se servir d’une clé de détermination.

2) Comment se servir d’une clé de détermination

Lorsqu’on observe un être vivant (que ce soit une plante, un insecte, un petit mammifère ou un oiseau) on cherche à savoir qui il est. 

Pour trouver son nom parmi toutes les espèces du monde, on utilise une clé de détermination.

Pour utiliser une clé de détermination, nous allons observer les caractères physiques, c’est-à-dire les attributs, que l’individu possède.

Au fur et à mesure que les caractères s’enchaînent, les espèces potentielles sont éliminées jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un attribut qui différencie 2 espèces.

Exemple : vous avez ci-dessous le chemin d’identification d’une espèce de reptiles.

cle détermination reptile

[image : schéma du cours “Outils et compétences Naturalistes”, de notre bachelor Éco-Manager en biodiversité et stratégies environnementales]

C’est une clé de détermination dichotomique (à deux choix). 

Au premier axe, on rencontre les 2 choix suivant :

  • vertébré à peau nue,
  • vertébré à peau recouverte d’écailles.

L’animal observé a une peau recouverte d’écailles. Je sélectionne ce choix pour arriver au prochain axe.

Les 2 choix suivants sont :

  • l’individu possède 4 pattes
  • l’individu ne possède pas de pattes

Après avoir sélectionné la réponse “4 pattes”, un dernier choix s’offre à nous :

  • l’individu possède un corps de couleur gris ou marron, sans vert
  • l’individu possède un corps de couleur vert sur le dos ou sous la gorge

D’après nos observations, l’individu possède un corps marron avec la gorge verte. 

Le nom de ce spécimen est donc le Lézard vert occidental, de son nom scientifique Lacerta bilineata.

L’identification peut être simple, comme celle présentée ci-dessus pour expliquer le mécanisme. Mais parfois, les observations demandent une vraie dextérité, un vocabulaire spécifique et scientifique. C’est souvent le cas pour les clés de détermination botanique.

Astuce ID-BOTANICA : pour commencer, je vous conseille d’utiliser des clés qui vulgarisent ce vocabulaire complexe, comme la clé ID-Botanica en ligne.

Je vous dévoile à présent pourquoi les clés de détermination sont des outils de très haute importance. 

Elles nous aident à lutter contre les pollutions et à préserver les milieux naturels.

3) Exemple d’autres clés de détermination

> Une clé de détermination des bryophytes – sphaignes

Les bryophytes sont de petites plantes poussant en France, Belgique et Suisse dans les marais et tourbières, sous forme de petites mousses. Leur décomposition est d’ailleurs à l’origine de la formation de la tourbe.

Savoir les reconnaitre de manière exact est une tâche difficile. Nous mettons donc à votre disposition le travail de plusieurs pays à ce sujet : la Suisse, la Belgique et la France, qui ont permis d’établir une excellente clé de détermination des bryophytes des marais et tourbières.

Elle est à découvrir sur le site du jardin du Lautaret : https://www.jardinalpindulautaret.fr/sites/sajf/files/cle_de_terrain_pour_la_detemination_des_bryophytes.pdf

4) Comment protéger la biodiversité grâce aux clés de détermination

En effet, les clés de détermination Les clés de détermination sont la base de la quasi-totalité des études naturalistes.

Voici les études qui démarre grâce à une clé de détermination :

  • Évaluer la qualité de l’eau grâce aux micro-invertébrés (méthodes IBGN) ou grâce aux diatomées (méthodes IBD). Ces organismes sont polluosensibles, c’est-à-dire qu’ils sont sensibles à la pollution. Leur présence ou leur absence, révèle si l’eau est contaminée par une pollution. On donne une note à l’eau de 0 à 10 avant d’établir un plan d’actions pour trouver et éradiquer la pollution.
  • Réaliser un diagnostic de biodiversité pour gérer des espaces naturels. On réalise des suivis faunistiques ou floristiques dans un milieu. Si on relève la présence d’espèces rares et protégées, on peut mettre en place des règles législatives pour protéger cette zone !
  • Mettre en place une gestion différenciée en implantant des espèces indigènes.

Astuces : si vous souhaitez en savoir plus sur les méthodes IBD et IBGN, des formations sont proposées par l’école Blue Eco Formations pour apprendre à les maîtriser. 

Concernant le diagnostic de biodiversité, vous pouvez découvrir en quoi cela consiste en cliquant ici.

Faîtes de même pour découvrir la gestion différenciée en cliquant ici.

Donc on protège et on gère mieux les espaces naturels grâce à des méthodes qui reposent sur la détermination des espèces. 

Mais ce n’est pas tout !

C’est aussi un outil très ludique qui peut être utilisé pour des animations.

Les adultes comme les enfants peuvent être invités à identifier des insectes qu’ils ont récoltés ou des oiseaux observés aux jumelles ou en photographie.

C’est donc un outil de sensibilisation à l’environnement très puissant.

Pour apprendre à maîtriser cet outil et à l’intégrer dans des méthodes d’animations, de détermination de la qualité de l’eau, ou encore pour établir des diagnostics de biodiversité, je vous invite à découvrir les diplômes de notre école : https:// www.blue-eco-formations.com/

Articles en lien :

Detection des pollutions et analyse eau

Outils et protocoles des Bioindicateurs

Les bioindicateurs sont utilisés pour détecter la pollution environnementale par les analystes environnementaux, les ingénieurs analyste de l’air ou de l’eau, ou encore les agents de surveillance Écologie marine et eaux douces, etc.

Lire la suite...

Recevez votre documentation gratuite

Abonnez-vous à nos travaux de recherche dans la grande bibliothèque de la Nature 🦉 !